fbpx
A+ a- Mode Nuit

Chapitre 319 : Neige d’Automne

Lorsque tout le monde fut arrivé, Roland commença le récit des découvertes de Foudre.

– « Un cercueil de cristal transparent dans les soubassements d’une ruine antique, sans aucun signe de corrosion malgré l’humidité environnante, une pierre magique lance un appel à l’aide à intervalles réguliers, des Diables qui se brisent en mille morceaux… que pensez-vous de tout ceci ? »

– « Vous voulez dire qu’il pourrait s’agir d’une sorcière ? »

Anna réfléchit : « Si elle est encore en vie, nous en apprendrons certainement davantage sur ce qui s’est passé il y a quatre cents ans. »

– « Il est également possible qu’il ne s’agisse pas d’une sorcière ou qu’elle n’appartienne pas à  cette époque », déclara Scroll après un moment d’hésitation. « Par ailleurs… »

– « Il se peut qu’elle ne soit pas de notre côté », acheva Leaves.

Cette phrase surprit un peu Roland. En effet, s’il s’agissait de ruines abandonnées par l’Église, il est probable qu’elle en fasse partie. De plus, selon la description de Foudre, elle portait une robe magnifique, ce qui pourrait signifier qu’il s’agissait d’un membre de haut rang. Pour une personne ordinaire, tout se passerait bien mais si c’était vraiment une sorcière, il serait difficile de traiter avec elle.

En se référant aux combats de Cendres, de Rossignol ou encore de Caméléon, on s’apercevait qu’il était impossible de prédire par avance le type d’attaque qu’une sorcière était capable de faire. En outre, il n’existait aucune ligne de démarcation claire permettant de classer les sorcières par ordre de force. Il était possible qu’une Extraordinaire soit incapable de lutter contre une sorcière dotées d’une capacité unique même lorsqu’elle ne portait pas la Pierre du Châtiment Divin. De même,  si une sorcière de combat était attaquée par surprise par une sorcières de soutien, la situation serait tout aussi inquiétante.

« Nul ne peut être certain que ses capacités ne constitueront pas une menace pour les sœurs de l’Association si jamais ses intentions envers nous sont malveillantes… à moins que nous ne la réveillions munis d’une Pierre du Châtiment Divin. »

– « Vous avez tous perdu la tête, comment pouvez-vous seulement débattre du fait qu’elle soit ou non de notre côté ? », interrompit Lily qui ne tenait plus en place en se frappant le front. « Elle aurait quatre cents ans! Comment pourrait-elle être encore en vie ? L’espérance de vie d’une sorcière est de courte durée. Même une Extraordinaire, avec son corps puissant, ne peut excéder l’âge de cent ans. Vous pensez trop. Je suis certaine que lorsque nous la libérerons, la femme qui se trouve dans la tour tombera en poussière, tout comme les Diables. »

– « Si la plupart des sorcières meurent jeunes, c’est à cause de la morsure dite démoniaque » rectifia Roland, « Les sorcières sont en meilleure condition physique que la moyenne des gens, c’est pourquoi leur espérance de vie est certainement bien plus longue. »

– « Une   personne normale   vit en moyenne quarante  à cinquante ans », grogna Lily,  « Pensez-vous que tout le monde peut vivre aussi longtemps qu’une tortue ? »

« La raison pour laquelle la durée de vie moyenne n’est que de quarante à cinquante ans est due à une alimentation inadéquate ou trop pauvre ainsi qu’au manque de soins médicaux. Si le niveau de vie s’améliore, elle devrait rapidement augmenter de vingt ans. Cependant, elle n’a pas tout à fait tort », admit Roland, « en admettant que j’ajoute ces vingt ans, nous sommes encore loin d’atteindre quatre cents ans… Les tortues elles-mêmes ne vivent pas si longtemps. »

– « Mais elle est toujours en vie! »  s’écria Foudre. « Si vous l’aviez vue, vous comprendriez immédiatement.  Elle est bien différente des Diables qui eux sont morts. Sa peau est bien lisse et ses lèvres bien rouges. Dis-leur Maggie! »

– « Goo! Foudre a dit vrai! »

– « Très bien, ne vous disputez pas », dit Wendy en se levant : « Vivante ou morte, cela vaut la peine d’essayer. »

– « En êtes-vous certaine ? », demanda Scroll en fronçant les sourcils.

– « Nous n’aurons qu’à suspendre à son cou une Pierre du Châtiment Divin avant de la réveiller. S’il s’agit réellement d’une sorcière appartenant à l’Église, elle ne pourra pas nous nuire. De plus, nous avons Anna et Rossignol. Je ne pense pas qu’elle soit en mesure de nous causer beaucoup de soucis », répondit calmement Wendy. « Il est possible qu’elle soit au courant de l’incident survenu il y a plus de quatre cents ans. L’éventualité qu’elle soit en mesure de nous éclairer à ce sujet mérite que nous tentions de la sauver. »

« Il est capital pour Border Town que nous puissions recueillir le plus de renseignements possibles au sujet de ces Diables. Si l’Église a voulu dissimuler ces informations, c’est qu’il s’agit forcément de quelque chose d’extrêmement préjudiciable pour eux. Si nous parvenions à le découvrir, nous pourrions peut-être prendre l’initiative de la bataille future »

Anna et Rossignol se rangèrent à l’avis de Wendy. Scroll, même si elle doutait toujours, n’émit plus aucune opposition et l’Association de Coopération des Sorcières parvint à un consensus.

– « Et la Première Armée ? », demanda Roland en regardant Hache-de-Fer.

– « Je peux tout au plus vous envoyer cinquante hommes », répondit ce dernier. « Votre Altesse, plusieurs troupes sont parties aider l’Hôtel de Ville à recruter des réfugiés dans d’autres régions.  Il ne reste plus que 500 soldats à Border Town. Même si Timothy a fait face à la colère du Ciel, il est toujours possible que, dans un sursaut de désespoir, il tente un assaut à grande échelle contre le Territoire de l’Ouest. C’est pourquoi la Première Armée doit garder suffisamment de soldats disponibles pour se prémunir contre une éventuelle attaque provenant de la Cité du Roi. »

– « Je comprends », dit Roland.

« Cinquante hommes, c’est peu », pensait-il. « S’il advenait qu’ils soient confrontés à une attaque à distance de la part des Diables qui sont capables de jeter leurs lances sans être vus,  les dégâts causés pourraient s’avérer sérieux. Si je veux éviter une telle situation, outre la surveillance aérienne de Foudre et de Maggie, la capacité de Sylvie nous sera indispensable. L’idéal serait d’envoyer une armée terrestre soutenue depuis le ballon par une équipe de sorcières. Celles-ci seront chargées du signalement et du combat rapproché tandis que la Première Armée éliminera l’ennemi à distance à l’aide des fusils à silex. »

« Mais dans ce cas,  les sorcières de l’Île Dormante apprendront elles-aussi l’existence de la dormeuse des ruines. »

Roland réfléchit longuement à ceci et décida qu’il emmènerait tout de même Sylvie. Dans une mission de sauvetage comme celle-là, le plus important était leur sécurité.

Au moment où il s’apprêtait à organiser le plan de sauvetage, Lune Mystérieuse s’écria

– « Dieu du Ciel!… Que se passe-t-il ? »

En l’entendant crier, tous suivirent son regard en direction de la fenêtre et restèrent figés sur place.

Roland, qui n’osait croire à ce qu’il voyait, ouvrit la fenêtre : alors que nul ne s’y attendait,  des flocons, tels des elfes blancs, descendaient du ciel sombre et touchaient le sol sans un bruit. Il tendit la main pour recueillir quelques une de ces petites taches blanches et éprouva une sensation de froid dans sa paume.

« Il neige ! Ce n’est pas normal… » Pensa-t-il.

À sa connaissance, sur le Territoire de l’Ouest, il ne neigeait que durant l’hiver. Or celui-ci n’était pas encore arrivé.

– « Est-il normal qu’il neige au cours du second mois d’automne ? », demanda le Prince à Hache-de-fer.

Celui-ci prit un air grave et répondit :

– « Depuis sept ou huit ans que je vis à Border Town, jamais je n’ai vu une telle chose. »

La première neige signifiait l’arrivée des  Mois des Démons. Le soleil resterait caché derrière un mur de nuages ​​jusqu’à la prochaine floraison. Pendant ce temps, tout le Territoire de l’Ouest aurait à faire face à la menace des bêtes démoniaques. Outre la Première Armée, les sorcières, même si elles voyageaient dans un ballon à air chaud, seraient elles-aussi en danger. À cette époque, la Forêt aux Secrets était remplie de bêtes sauvages et féroces. S’aventurer hors des murs serait terriblement risqué.

Roland prit la décision de suspendre la mission de sauvetage en attendant que le ciel s’éclaircisse.

Au fond de lui, le Prince se disait que cette chute de neige précoce n’était certainement qu’un accident. Elle n’allait sans doute pas tarder à s’arrêter étant donné que la température restait automnale.

Mais trois jours plus tard, la ville était revêtue d’une robe d’argent, les montagnes et les bois, dans le lointain, recouverts d’une couche de gaze blanche. Par le passé, Roland avait rarement vu un aussi beau paysage, cependant il n’était pas d’humeur à l’apprécier.

Les chutes de neige avaient beaucoup diminué mais il tombait encore quelques flocons. De son côté, la Première Armée était entrée en état d’alerte et des soldats patrouillaient régulièrement le long des remparts. Ils avaient également érigé un campement temporaire au pied du nouveau mur afin que les soldats soient rapidement prêts au combat. La température ayant baissé du jour au lendemain, Roland fut contraint d’abandonner ses vêtements non doublés pour un manteau de coton tricoté.

Lorsque le quatrième jour Roland reçut les nouvelles du front, son cœur se serra.

Le mur avait subi une attaque de bêtes démoniaques.

Les Mois des Démons étaient en avance de plus de trente jours.