fbpx
A+ a- Mode Nuit

Chapitre 309 : Exploration du savoir

Le second jour de l’automne, Roland reçut enfin une lettre de la Cité du Roi.

Étant donné que celle-ci avait été apportée par un messager volant, elle venait probablement de Théo.

Prenant le papier de la griffe de l’oiseau, Roland s’avança vers la fenêtre afin de la lire attentivement à la lumière radieuse et enchanteresse du soleil.

« Votre Altesse, votre plan a été un étonnant succès »

« Comme ils ont très vite bloqué l’accès au palais, interdisant à quiconque d’entrer ou de sortir, je n’ai pas pu évaluer l’ampleur des dégâts causés par l’explosion. Mais dans la soirée presque tous les habitants de la Cité du Roi étaient au courant de l’attaque contre le palais, que ce soit dans les pubs, les auberges ou les places, partout où les gens se rassemblent, c’était le seul sujet de discussion. La mort du Roi elle-même n’avait pas eu de répercussions aussi sensationnelles. De plus, étant donné que vous les aviez avertis à l’avance, beaucoup de gens croient que Timothy est mort au cours de l’offensive et que vous n’allez pas tarder à régner sur la Cité du Roi, devenant ainsi le nouveau Roi de Graycastle. »

À la lecture de ce paragraphe, Roland se sentit enfin soulagé. Le succès de la mission de bombardement et l’annonce que les sorcières seraient bientôt de retour saines et sauves  étaient les meilleures nouvelles qu’il puisse apprendre.

Il se prépara une tasse de thé et retourna près de la table d’acajou pour poursuivre sa lecture.

« Cependant, selon les informations que j’ai pu recueillir, il n’y a actuellement aucune réaction de la part des grands nobles à l’extérieur de la Cité du Roi. Par contre, le Palais Royal a réagi immédiatement, aussi je suppose que Timothy est probablement encore en vie. »

« De plus, certaines personnes jurent que cette attaque venait de Dieu. En définitive, il semblerait que certains habitants aient vu un objet d’un blanc pâle indéfinissable tomber du ciel et plonger à grande vitesse sur le Palais. Compte tenu de ce qui précède,  j’ai élaboré un premier plan concernant la tâche que vous m’avez confiée : si je parviens à faire croire que ce qui s’est passé est une punition de Dieu eu égard aux atrocités commises par l’usurpateur, je suis certain que beaucoup de gens accepteront cette explication. »

« À ce propos, les personnes que j’ai recrutées sont très enthousiastes. Durant toute une journée, elles ont recueilli des informations concernant toutes les pratiques tyranniques de Timothy. Si nous pouvions ajouter ces détails à notre histoire, avec ce qui vient de se produire, elle serait encore plus convaincante. Je suis persuadé que dans moins d’un mois, les rats des rues sombres auront répandu la nouvelle et que tous les citoyens auront connaissance des agissements du faux Roi. »

« En outre, je continuerai à suivre de près les mouvements des casernes de la banlieue Est. Mais actuellement, il semblerait que Timothy n’ait toujours pas trouvé de contre-mesure à cette attaque, aussi, je ne pense pas qu’il ait le temps de s’en préoccuper. »

La lettre n’était pas signée. Roland la plia et la rangea dans son tiroir, puis il poussa un long soupir.

Si ײVent d’Est No.1ײ pouvait empêcher Timothy d’envoyer ses troupes, ce serait parfait.

Le nombre impressionnant de personnes recrutées pour former une armée de drogués et tuées au cours des combats était un véritable gâchis humain. Plus l’adversaire tarderait à lancer sa guerre d’usure, plus Roland aurait de chances de voir augmenter sa population.

Le Prince leva sa tasse et but une gorgée de thé noir parfumé. Pour le moment, la meilleure chose qu’il avait à faire était de se reposer en attendant le retour des sorcières.

Il y avait plusieurs jours qu’il n’avait pas vu Anna et plus personne ne chapardait le poisson séché dans son tiroir, ce qui le mettait mal à l’aise.

C’est alors que Carter ouvrit la porte du bureau :

– « Votre Altesse, deux flottes viennent d’accoster. »

« La Chambre de Commerce de Margaret serait-elle enfin arrivée ? Etant donné le temps qu’elle a passé à voyager, elle a dû manquer un bon spectacle… Attendez… » Roland s’interrompit un instant, légèrement surpris : « Vous avez bien dit deux flottes ? »

« Oui », répondit en riant Carter. « Vous vous souvenez du groupe de messagers que vous avez envoyé sur le Territoire du Sud pour recruter du personnel ? Certaines des troupes sont déjà de retour avec un nombre de réfugiés suffisants pour faire exploser le quai. L’Hôtel de Ville est en train de les passer en revue conformément à vos directives, quant à Mlle Lily, elle gère…» 

– « Le protocole de quarantaine. »

– « Ah vous voulez parler du programme visant à éliminer la possibilité d’une peste démoniaque ou autres menaces… », répondit Le Chevalier en Chef, embarrassé. Il s’éclaircit la voix : « Ce groupe compte environ quatre ou cinq cents personnes. »

– « Vraiment ? » Roland ne put s’empêcher de sourire.

« J’ai l’impression que nous évoquions la possibilité de cette action il y a à peine quelques instants et déjà, je commence à en voir les résultats… de toute évidence Lotus va devoir construire des maisons supplémentaires. »

– « Allons  jeter un coup d’œil!»

Kyle Sichi déposa le manuel extrêmement mince qui était tout ce qui restait de la ײChimie Intermédiaireײ en marmonnant à plusieurs reprises, « Je vois… »

– « Mentor ? » Demanda Chavez, anxieux.

Il y avait deux jours que Kyle n’avait pas dormi. Depuis qu’il avait reçu la ײChimie Intermédiaireײ, il avait lu presque tout le manuel d’un trait.

Chavez y avait lui-aussi jeté un coup d’œil, mais le contenu en était trop abstrait et trop difficile à comprendre.

– « Je vais bien. »

La voix du chef Alchimiste n’était pas celle d’un homme fatigué. Son esprit au contraire bouillonnait d’excitation. Il avait peut-être un peu de saleté dans le coin des yeux  mais ceux-ci étaient brillants et pleins de feu. On n’aurait jamais pensé que Kyle venait de passer une nuit blanche.

Les disciples avaient pour consigne de ne jamais déranger le Maître lorsqu’il était plongé dans des recherches alchimiques. C’est pourquoi Chavez n’avait rien dit jusque-là :

– « Ce livre… Je suis un disciple et je ne comprends pas… Qu’est-ce qu’un atome ?  Qu’est-ce qu’un électron ? »

– « Vous êtes à présent un alchimiste qualifié, vous devez cesser de vous considérer comme un étudiant! Selon les mots de Son Altesse, nous sommes maintenant des collègues. » Kyle marqua une pause : « Quant à votre question, je ne sais comment y répondre… En fait, lorsque Son Altesse Roland m’a remis la « Chimie Intermédiaire », il m’a également prêté ce livre.

Chavez aperçut en effet un autre livre sur la table, intitulé : « Fondements Théoriques des Sciences Naturelles ».

– « Maître… Monsieur Sichi », commença-t-il. Chavez en effet n’avait pas l’habitude de s’adresser à lui avec autant de familiarité. « On dirait que ce livre n’a rien à voir avec l’alchimie… ou plutôt la chimie. »

– « C’est également ce que je me disais », répondit dit Kyle en caressant sa barbe. Il soupira et reprit : « Cependant, après en avoir lu quelques pages, j’ai découvert que je ne savais rien du monde dans lequel nous vivons. »

– « Comment ?! » S’écria Chavez, stupéfait. 

« L’alchimie étant l’étude de la composition de la matière, l’essence des éléments, si nous ne connaissons rien, alors nous ne sommes guère plus intelligents que des singes », pensait-il.

– « Je veux parler du concept qui sous-tend le monde », précisa le chef Alchimiste, exalté et ravi à la fois. « Nous ne regardons pas plus loin que le bout de notre nez, nous cantonnant à considérer l’alchimie comme l’étude des substances, comme la recherche d’un savoir. Nous nous disons : le soleil qui se lève et se couche, les fleurs qui s’épanouissent et meurent sont des choses qui ne nous concernent pas. »

– « N’est-ce pas exact ? …Ceux qui savent observer le soleil et les étoiles deviennent des astrologues. Quant aux plantes », dit Chavez d’un ton légèrement méprisant, « elles n’intéressent que les agriculteurs et les herboristes. »

– « C’est précisément pour cela que nous ne savons rien du monde qui nous entoure », dit Kyle en secouant la tête. « Dès le départ, ce livre s’efforce de nous faire comprendre que tout est lié. Qu’il s’agisse des pierres, des fleurs, du tonnerre ou du feu, tous sont constitués de la même chose et tous suivent un même ensemble de règles. Celles-ci ne s’appliquent pas seulement à la chimie : le soleil qui se lève et se couche et les fleurs qui s’épanouissent et fanent les suivent également. Cette règle est si précise qu’à partir du moment où les conditions de départ sont les mêmes, le résultat sera toujours identique. La chimie n’est qu’une petite partie de cette science. »

– « …Comment est-ce possible ? »

– « Moi aussi j’ai du mal à l’imaginer », répondit Kyle en dépliant le tableau périodique des éléments. « Dans la ײChimie Intermédiaireײ, il est précisé que chaque élément a une forme bien spécifique, constituée d’une grosse boule entourée de nombreuses petites boules. La grosse boule détermine de quel élément il s’agit et les petites boules ses propriétés particulières. Ce tableau lui-même organise les éléments selon cette loi. Ils sont si bien alignés qu’on dirait un défilé de soldats. Je comprends à présent pourquoi Son Altesse affirme que nous pouvons déduire les propriétés et mécanismes de réaction de ces éléments sans même les avoir vus de nos yeux ou être entré en contact avec eux. Cela sous-entend qu’une réaction consiste en la perte ou l’ajout d’une ou plusieurs de ces petites boules. Celle-ci n’entraînant aucune modification de la grosse, c’est la raison pour laquelle les éléments ne disparaissent pas au cours d’une réaction : ils ne font que se transformer. »

Chavez réfléchit un instant à ce qu’il venait d’entendre et demanda :

– « Et… vous le croyez ? »

« Ces théories sont trop brumeuses et ne peuvent pas être vérifiées par l’observation. Comment les gens qui ont écrit ce livre peuvent-ils le savoir ? »

– « Je ne sais pas, c’est pourquoi je ne peux répondre à votre précédente question », répondit dit Kyle en souriant. « Mais que vous le croyez ou non, ce livre offre une perspective à laquelle je n’aurais jamais pensé… En définitive, il m’a ouvert une porte derrière laquelle il y a tout un univers, pas uniquement la chimie. »

Kyle s’interrompit un instant et reprit : « Malheureusement, le Prince n’a pas réussi à tout consigner. Peut-être ne sait-il pas lui-même ce qu’il a omis. »

Chavez n’avait pas compris tout ce que Kyle venait de lui dire. Il était redevenu cet apprenti, qui, lorsqu’il entendait pour la première fois les termes utilisés par les alchimistes, avait l’impression que ceux-ci s’exprimaient dans une autre langue.

Mais il n’était pas inquiet. Il lui suffirait de suivre les instructions de son mentor pour apprendre cette fameuse théorie qui affirme que « Tout est interconnecté. »

Après un moment de silence, Chavez demanda :

– « Mais dans ce cas, pourquoi Son Altesse a-t-elle utilisé des couleurs différentes pour les noms de ces livres ? »

Le chef alchimiste laissa échapper un cri de surprise :

– « Ah ! Je n’y avais pas  prêté attention. Se pourrait-il  qu’il ait fait ceci sans y prendre garde ? » Mais aussitôt, il se ravisa : « Non, s’ils étaient de couleur noire et rouge, cela pourrait en effet être le cas. Mais ces couleurs sont particulièrement difficiles à obtenir, il est donc peu probable que ce ne soit que pure coïncidence. En d’autres termes, ce serait intentionnel ? »  

La ײChimie Élémentaireײ était en bleu, les ײFondements Théoriques des Sciences Naturellesײ également, les ײMathématiques élémentairesײ étaient en vert et la ײChimie Intermédiaire (Vestiges)ײ violette.

Séparément, on ne le remarquait guère mais si l’on réunissait les livres, cela attirait particulièrement l’attention.

– « C’est probablement pour des raisons esthétiques », suggéra Chavez.