fbpx
A+ a- Mode Nuit

Chapitre 77, La Montagne Sacrée (Partie 3)

Chapitre 77, La Montagne Sacrée (Partie 3)

 

A la vue de cette horrible scène, le sang de Leaves se glaça.

A leur gauche, deux ombres sortirent de l’obscurité. Elles étaient grandes et d’une apparence étrange qui n’avait rien de commun avec celles des bêtes démoniaques habituelles.

Dans l’esprit de Leaves, elles évoquaient d’avantage les créatures humanoïdes qui montaient les loups hybrides. Ces ombres étaient deux fois plus grandes que celles des humains ordinaires et pour toute armure, elles portaient des vêtements confectionnés dans un matériau inconnu. Non, « vêtements » n’était pas le terme approprié : on aurait dit que ces êtres étaient étroitement enveloppés de peau animale gonflée, ce qui leur donnait une apparence volumineuse.

 

Cependant, la caractéristique la plus remarquable de ces deux créatures était les têtes qu’elles portaient comme des casques. Des crânes de bêtes démoniaques qui leur donnaient un air affreux et malveillant. Elles n’avaient pas d’yeux, mais des cristaux bruns rougeâtre fixés à leurs orbites. Une pièce de peau retenue à la tête pendait derrière le crane de bête démoniaque. L’une d’entre elles avait des lances attachées à la selle de sa monture, tandis que l’autre portait un curieux gant. Du point de vue de Leaves, on aurait dit qu’elle n’avait que trois doigts.

 

Soudain, un mot lui traversa l’esprit : « Le Diable! »

 

– « Sus à l’ennemi! », s’écria Cara qui attaqua la première. Son cri perçant réveilla l’attention des sœurs qui étaient restées là à regarder stupidement l’adversaire.

Stone s’accroupit et posa une main sur le sol, transformant la zone enneigée en un marécage.

Les deux créatures auraient pu répliquer brillamment : si elles avaient réagi très vite, les bêtes démoniaques qui leur tenaient lieu de montures auraient pu sauter et survoler ce marécage, ce qui ne représentait qu’une courte distance. Mais pas celles-ci : leurs ailes avaient été coupées. A leur place, sur les os mis à nu, était attaché un harnais auquel les démons se tenaient. Puisqu’elles ne pouvaient plus voler, elles allaient devoir contourner le marécage, ce qui laisserait aux sorcières le temps de réagir.

 

Mais l’ennemi n’entendait pas jouer selon les mêmes règles.  Les démons lancèrent leurs montures dans le marais. Puis, utilisant leur élan, ils sautèrent du dos des monstres pour atterrir juste derrière Stone, à l’endroit précis où se tenaient les sœurs non-combattantes.

 

– « Vite, dispersez-vous! », hurla Leaves, au moment même où le démon qui portait le gant à trois doigts entamait ses réjouissances meurtrières. Son agilité était inattendue pour sa taille. La sorcière la plus proche de lui n’eut même pas le temps de réagir : un violent coup de poing lui brisa la tête. Deux autres sœurs eurent le cou cassé, avant de s’enfuir, en proie à la panique. Seule Shino restait là.

Bien qu’elle n’ait pas de capacité spéciale pour le combat, la jeune fille  avait choisi de ne pas fuir comme toutes les autres. Elle s’empara de l’arbalète qu’elle portait sur le dos, visa l’ennemi et tira. Mais le démon avait réagi plus vite, il fit un pas sur le côté et donna un coup de pied dans la poitrine de Shino. Le coup fut si puissant que la jeune fille s’envola comme une poupée désarticulée, fit plusieurs tours sur elle-même avant de s’écraser sur le sol. Des flots de sang jaillirent de sa bouche. 

Le démon à la lance, quant à lui, se tourna vers Stone complètement terrifiée. Il leva sa lance et visa, mais au moment précis où il s’apprêtait à la libérer, une explosion l’arrêta. Piment Rouge avait visé l’entrejambe de l’ennemi et lancé son attaque.  Elle prit la main de Stone et s’enfuit. Le démon tenta de les rattraper, mais il fut arrêté par un mur d’herbes noires.

 

Leaves avait libéré sa magie dans le sol, faisant pousser toutes les graines qui se trouvaient sous terre. Celles-ci devinrent des plantes grimpantes qui rampèrent en direction de Main-de-Fer (le démon).

Dans le même temps, Cara  s’écria : « Douleur! », libérant deux serpents qui mordirent l’un des bras du démon.  Il secoua son bras pour s’en débarrasser, et sentit un remous à ses pieds. Les plantes grimpantes rampaient le long de ses chevilles… Il tomba en arrière sur le sol.

 

– « Courez, mes sœurs, courez! » cria Leaves d’une voix que la peur rendait tremblante. « Vite fuyez! Eloignez-vous vite de ces horribles monstres! C’est la source du mal dont parle le livre ancien! Ils doivent venir directement des portes de l’Enfer! »

 

La torture du venin de serpent semblait inefficace contre les Démons. Lorsque Main-de-Fer vit que son compagnon était en difficulté, il tenta frénétiquement de se libérer des plantes qui maintenaient son corps au sol. Le démon à la lance se plaça en position de tir, ce qui fit gonfler son bras. Sa peau déjà mince devint presque transparente, à tel point que l’on pouvait apercevoir ses vaisseaux sanguins et ses os d’un rouge sombre.

 

– « Leaves, regardez! » s’écria Stone, tandis qu’elle faisait à nouveau usage de son pouvoir sur la boue en direction des pieds du démon. Celui-ci s’apprêtait à lancer lorsque son pied s’enfonça dans le sol. Il n’eut  pas le temps de réagir. Grâce à cette attaque inattendue, le démon perdit l’équilibre et la lance vint se ficher dans le sol devant lui.

Leaves transpirait à grosses gouttes.

 

Le bras gonflé du démon avait immédiatement rétréci, comme un tronc d’arbre qui se dessèche.

Leaves s’aperçut qu’il ne pouvait pas lancer ses armes l’une derrière l’autre. C’était le meilleur moment pour fuir.

D’autres sorcières, comme Stone et Piment Rouge, l’avaient également remarqué. Voyant que Main-de-Fer luttait toujours avec les plantes grimpantes, elles se précipitèrent vers Cara, qui était restée sans surveillance. Elles voulaient emmener leur fondatrice dans leur fuite. Leaves jeta un œil à Main-de-Fer : il était parvenu à se libérer et se tournait vers elles, les deux mains tendues.

 

– « Que fait-il ? Arrêtez! »

 

Leaves n’eut même pas le temps de prévenir les autres qu’une lumière bleue éblouissante jaillit, telle un éclair, des mains du démon et fendit l’air en zigzagant, frappant les trois sœurs.

Des rayons bleus fusèrent de l’une à l’autre avec un crépitement de tonnerre. De la fumée blanche s’éleva de leurs corps qui tressautaient sous l’effet du feu.

 

On aurait dit que cette attaque avait épuisé une grande partie de l’énergie du démon : celui-ci ne pouvait plus bouger et respirait à grand peine. À ce stade, la magie de Leaves avait également atteint ses limites. Les plantes grimpantes commencèrent à faner et moururent.

La sorcière se dit que tout était fini.

Les cris désespérés de Cara semblaient s’éloigner à mesure que ses forces l’abandonnaient. Elle s’écroula sur le sol.

 

Déjà, Main-de-Fer s’était  relevé et marchait vers la fondatrice terrifiée. Cette fois, plus personne ne pourrait l’arrêter.

Arrivé à sa hauteur, le démon la saisit à la gorge et entreprit de l’étrangler. Cara lutta désespérément, tentant de se libérer des doigts démoniaques. Mais face à sa monstrueuse puissance, ses efforts furent vains.

La sorcière tenta d’envoyer ses serpents mordre les bras et la nuque de son assaillant, mais le démon, impassible, continuait à enserrer son cou.

 

C’est alors que l’inespéré se produisit.

Sous l’attaque féroce des serpents magiques, la peau du diable finit par se déchirer. Aussitôt, un brouillard rouge s’échappa de la blessure et les enveloppa tous deux. Le démon poussa un cri terrible. Sa peau commença à  desquamer, laissant à nu ses tendons et ses os.

Main-de-Fer dut lâcher Cara pour tenter de protéger sa blessure, s’efforçant de retenir le brouillard qui s’en échappait, mais en vain.  Son corps fut pris de convulsions et en peu de temps, il tomba pour ne plus se relever.

 

En voyant cela, le second démon dont le corps était déjà à moitié enlisé dans le marécage poussa un cri déchirant. Leaves n’avait jamais entendu un tel cri auparavant : c’était un son aigu lié à un sourd rugissement, qui blessait l’oreille, occasionnant une douleur durable.

 

Pour autant, Leaves ne céda pas à la panique. Elle ne pensait qu’à la victoire.

 

La sorcière se  mordit les lèvres et rassembla ses dernières forces pour se relever. Elle saisit l’arbalète de Shino, la rechargea et visa le dernier démon. Comprenant ce qu’elle  tentait de faire, celui-ci se débattit  frénétiquement.

Mais dans les marais, plus on lutte, plus vite on s’enfonce.

Le démon tenta de protéger ses parties vulnérables, mais ce fut en vain.

 

« Pour mes sœurs disparues! » pensa Leaves qui pressa la gâchette, décrochant la flèche.

 

Précise, celle-ci transperça le cou de l’adversaire, libérant le brouillard rouge qui jaillit de la plaie. Lorsqu’il fut dispersé, sa tête tomba.

 

Elle avait tué le démon.

 

Leaves lâcha l’arbalète et se retourna pour regarder les corps sans vie de plus de dix de ses sœurs. Saisie de douleur, elle tomba à genoux et donna libre cours à ses larmes.